Je veux être un objet

Si les hommes prennent moins de soin à leur apparence que les femmes, serait-ce parce que le désir des femmes n’est jamais exprimé aussi explicitement que celui des hommes ?

Hot young man (ink drawing)

Les hommes aussi sont des objets… de désir (ref. photo Marco Bellotti via maleobjects.tumblr.com)

La croyance populaire veut que les gays soient mieux habillés, mieux stylés et mieux musclés que nous autres hommes hétéros. C’est certes un cliché éculé (sans mauvais jeu de mots). Mais s’il y avait un fond de vrai, ne serait-ce pas parce qu’ils savent (de première main) quel regard ils portent sur le corps des autres hommes ? Si je déroule cette hypothèse audacieuse, ça pourrait expliquer pas mal de choses dans l’asymétrie d’élégance entre les hommes et les femmes.

Considérons une culture où le désir masculin pour le corps féminin serait partout : dans le langage, dans le regard, dans les affiches publicitaires, partout. Considérons que dans cette même culture, le désir féminin pour le corps masculin soit normativement occulté. Oeillades discrètes plutôt que regards appuyés ; chuchotement à l’oreille de la copine plutôt que main aux fesses ; sms mouillé mais privé plutôt que sifflet lourdingue mais public. Dans cette culture, ça serait aux hommes de faire le premier pas, puisque eux peuvent manifester leur désir, tandis qu’il ne serait pas bien vu pour une fille d’aller se camper devant un damoiseau pour lui dire dans un langage plus ou moins élaboré : « me+you=fuck->now! ».

Dans cette culture, les femmes sauraient dès l’enfance qu’elles sont des objets de désir pour l’autre moitié de l’humanité. Les hommes, eux, penseraient la réciproque en termes bien plus vagues. Conscients, certes, que les femmes désirent les hommes, mais en imaginant qu’il s’agit surtout de traits du visage, de prestance et de verve (et de thune), pas de fesses, d’abdos ou de torses – en tout cas pas de manière immédiate et animale ; que cette attirance s’exprimerait plutôt en privé, qu’elle mettrait du temps à se développer, avec des fleurs et des petits coeurs : en somme un désir de bisounours face à un désir de grizzli.

Alors quitte à ne pas se sentir désirés, pourquoi se donner du mal : on s’habillerait en uniforme jean-tee-shirt avec nos pompes râpées, sans bijoux ni maquillage, on se tiendrait avachi, on n’oserait pas danser, on se laisserait aller, et on s’étonnerait de ne pas avoir un super succès : il n’y a pas mieux comme stratégie autoréalisatrice pour calmer les élans de grizzlitude du désir féminin.

Donc on peut en tirer deux leçons : mesdames, exprimez votre désir (ça vient, ça vient, mais ça va pas vite). Et messieurs, prenons notre inspiration chez nos frères homos (car il vaut toujours mieux avoir l’air gai qu’avoir l’air nase).

9 réponses à “Je veux être un objet

  1. Pingback: Le grand rapprochement | les fesses de la crémière·

  2. Pingback: Le grand rapprochement | les fesses de la crémière·

  3. Ce papier rejoint une discussion que j’ai eu récemment avec quelques amies hétérosexuelles désarmées devant le charme certain de nombreux hommes homosexuels. Ces derniers cumulant les qualités de gentlemen très début du siècle (comprenez « dandies intellectuels », comme chez Aragon), alors que la population de mâles hétéro à tendance à verser facilement dans la beaufitude dès qu’on a dépassé le cap de la séduction courtoise (comprenez  » blaireaux possessifs », comme chez Mickael Bay). Pire, lorsque les hommes hétéros arrivent à intégrer dans leur personnalité les facettes prestance/charme/réflexion, ils glissent plus vers le coq infatué que vers le dandy désirable.
    Ceci viendrait-il du fait que les femmes désirent le confort matériel et la réassurance émotionnelle du clan (restreint au couple évidemment) , avant de désirer l’échange essentiellement humain ?
    Toutes ces considérations ne sont en aucun cas généralisables.
    Mais une chose pourtant est remarquable : les hétéro n’ont pas besoin de faire autant d’efforts que les homosexuels pour séduire l’autre. Peut-être parce que la finalité de leur liaison diffère fondamentalement.

    • Je ne crois pas que les gays font tous ces efforts pour « séduire » (au sens d’emballer des mecs). Ils les font pour « être séduisants » (au sens d’être valorisés par le regard des autres). C’est à dire à mon sens exactement comme les femmes (qui n’arrêtent pas soudainement de bien s’habiller le jour où elles ont rencontré leur « beauf matériellement confortable » 😉

  4. J’ai toujours vécu ma sexualité et ma curiosité en la matière sans tabou, mais j’ai aussi pu explorer l’expression de cet intérêt/appétit via des récits érotiques (voire…) que je livre sur mon blog et j’apprécie particulièrement les retours des hommes ravis de voir une femme écrire librement sur le sujet.

  5. Alors, cher Audren, je compte bien ici exprimer que, sans avoir jamais eu l’occasion de mater tes fesses ni tes abdos, je fantasme sur eux, rien qu’à lire ton style, rêver devant tes traits, … Oui, j’éprouve du désir pour toi, et si votre ramage… alors je ne répondrai plus de rien.

    • Et moi je fantasme sur mes lectrices.
      Malheureusement, nous sommes bel et bien dans des univers parallèles qui ne se frôlent qu’en html.

  6. Même idée exprimée autrement: « Of Never Feeling Hot: the missing narrative of desire in the lives of straight men » – Hugo Schwyzer

    • Je viens de lire l’article. C’est rigolo parce qu’il est très très semblable dans mon argumentaire ici, mais écrit vraiment à la première personne.
      (note : l’auteur est maintenant entouré –à juste titre, semble-t-il– d’une très gênante odeur de soufre mais l’article est très bien)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s