Infidélités inacceptables et néanmoins banales

Ne penser la fidélité qu’en termes d’exclusivité sexuelle confine à la cécité – et condamne bien des couples à sombrer par une voie d’eau qu’on attendait ailleurs.

business woman digital pen and ink drawing

« Chéri – finalement je ne rentre que la semaine prochaine » (ref. photo by kirilee on deviantart.com)

Voilà un sujet que nous avions abordé depuis longtemps avec ma reine, bien avant de devenir explicitement un couple libre. Nous parlions de notre interprétation du mot fidélité. Il nous semblait évident que le coeur de la fidélité, c’est la confiance mutuelle et le respect d’un projet commun. En déroulant le fil, il nous est vite apparu que cette fidélité allait nettement au-delà de la simple fidélité sexuelle.

Et nous avons commencé à lister toute une série de comportements qui semblent banals pour la plupart des couples mais que nous considérons comme de graves marques d’infidélité à l’aune de cette définition élargie de la fidélité. Voici quelques exemples :

  • accepter une promotion qui obligerait toute la famille à déménager loin, sans en avoir discuté avec l’autre (sous prétexte qu’il fallait décider avant qu’un autre prenne le poste)
  • se prendre de passion pour un sport au point d’y passer tous ses week-ends
  • se lancer à corps perdu dans l’action politique ou associative et donc avoir toutes ses soirées prises par des réunions
  • se consacrer exclusivement aux enfants, l’autre étant réduit à l’état de soutien de famille asexué
  • s’investir tellement dans son boulot que toutes les tâches domestiques incombent progressivement à l’autre, sans négociation
  • avoir toujours des potes à dîner puis qui squattent la soirée, privant le couple de son intimité
  • vous pouvez laisser d’autres exemples dans les commentaires, surtout si c’est du vécu

Il y a là toute une série de situations qui sont à même de remettre profondément en question le projet de couple, et qui par conséquent devraient être préparées par d’âpres discussions et de longues négociations. Rien n’empêche un couple de se mettre d’accord et d’accepter la nouvelle situation. Mais si on s’y enlise progressivement ou quand il s’agit d’une décision unilatérale sur le mode du fait accompli, lancer le couple dans l’une de ces situations sans en parler est une forme de trahison du projet commun. Une atteinte sérieuse à la confiance mutuelle et au respect des aspirations de l’autre. Donc une infidélité.

Rien d’étonnant à ce que des couples se déchirent ou s’éloignent sans que quiconque ait « fauté » au sens biblique ; il suffit de ne pas voir ces infidélités banales pour ce qu’elles sont : des entorses inacceptables au projet du couple (malheureusement trop souvent tacite), et qui sont à mon sens bien plus graves que des aventures passagères qui souvent ne remettent absolument rien en cause.

10 réponses à “Infidélités inacceptables et néanmoins banales

  1. Hummmmm, cela me donne matière à réflexion. Je crois beaucoup à l’ouverture du dialogue dans le couple sur tous les sujets. La possibilité de se parler sans être jugé(e) et accueillir les paroles de l’autre sans se sentir agressé(e). Prendre du recul sur la force des mots et traduire cela en besoins et sans pour autant se perdre. Tout cela n’est pas facile. Nous faisons les choix qui nous semblent être les bons, en tout cas, ils répondent à nos besoins du moment. Je crois aussi que le couple n’est pas un contrat, il évolue, il stagne, il avance, il se modifie, bref, ce n’est jamais constant. C’est effectivement autour d’un projet commun que nous nous retrouvons sans enfermer l’autre. La liberté de chacun de nous dans le respect de l’autre et dans la compréhension.
    Nous évoluons aussi de façon différente, des fois nous ne sommes pas au même rythme. Peu importe à partir du moment, où on se parle, on se dit quand ça nous va, quand ça nous va pas. C’est aussi ça la force d’un couple, savoir attendre l’autre, savoir permettre à l’autre d’avancer tranquillement et en même temps, ne pas s’oublier.
    C’est un long chemin à faire, une route sinueuse qui parfois étonne, qui dérange, qui bouscule à deux… Et reconnaître aussi où nous en sommes sans se critiquer, sans se blâmer, juste profiter de ce cadeau qu’on se fait ensemble pour redéfinir à notre sauce la vie de couple, notre sexualité, nos envies, besoins, projets et fin de vie ;).

    Dialoguons et restons fidèles à nous mêmes 😉

  2. Pingback: Les vacances aux Seychelles | les fesses de la crémière·

  3. Pingback: Le prisme déformant de la fidélité exclusive | les fesses de la crémière·

  4. Pingback: Infidélité : je préfère ne pas savoir … pour commencer | les fesses de la crémière·

  5. Pingback: 8 gros mensonges sur l’amour (et le rétablissement de la choquante vérité) – partie 2 | Laura Ingalls 2.0·

  6. Pingback: Second violon | les fesses de la crémière·

  7. Je vois souvent l’expression  » être fidèle à un projet commun » ou  » respecter un projet commun » . J’ai du mal à saisir pleinement ce que vous entendez par  » projet commun  » ?

    • C’est vrai, c’est un truc que j’ai peu développé. Ça mériterait un article.
      Dans mon esprit, ça veut dire se poser autour d’une table ou au coin d’un oreiller et se dire pourquoi on est ensemble, qu’est-ce qu’on a envie de vivre ensemble, comment on se voit ensemble plus tard, etc.

  8. Pingback: Si on démarre pas direct par le couple libre, on fait comment ? | les fesses de la crémière·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s