En couple libre : tous ces SMS avec son amant…

Qu’on soit crypto-cocu(e) ou cocu heureux comme moi, il faut parfois apprendre à vivre avec la présence en pointillés de l’amant-e, sous la forme de SMS.

Mais qu’est-ce qu’ils peuvent bien avoir à se dire ? (oui, bon, j’ai quelques idées, encore que — selon mon expérience perso — on échange souvent beaucoup plus de banalités que ce que l’autre peut croire…)

Au début, j’avoue que ça me gavait. Pas seulement par jalousie, d’ailleurs. Surtout envie de dire, comme à un gamin collé à sa DS : « youhouh ! tu reviens parmi nous ? » Et puis quand même il y a ce petit vibrato ou ce carillon discret qui rappelle un peu souvent que je ne suis pas le seul dans ses pensées.

Voici toutes les choses qui m’ont aidé à ne plus trop y faire attention :

  • comprendre que je n’ai aucune raison de le vivre moins bien que si elle échangeait ces sms avec sa mère ou une bonne copine. Tant que ce n’est pas pour médire de moi ou ourdir quelque odieux complot à mon intention, c’est sa vie.
  • avoir des échanges sms de mon côté. Comme avec le fait d’avoir une liaison de son côté, ça relativise pas mal parce que j’ai bien vu que je ne suis pas tellement moins amoureux ni moins présent. C’en est un peu comique quand on se retrouve le soir à envoyer un gentil « bonne nuit » à nos amants respectifs avant d’éteindre nos portables et de se retrouver dans les bras l’un de l’autre.
  • se rendre compte que mis bout à bout, tous les sms de la journée représentent à peine quelques minutes de conversation qu’elle aurait avec lui au téléphone ou bien en vrai. Avec moi, même si je défalque ce qui relève de la simple logistique familiale, c’est plutôt une heure de conversation chaque jour : je peux donc encore orgueilleusement me féliciter que les rôles ne soient pas inversés.
  • se mettre d’accord pour se planquer un peu. Nous on a décidé que ‘un peu’ ça suffisait, et qu’on n’allait pas escamoter le portable en rougissant si l’autre entre dans la pièce. Si on décidait de se planquer totalement, soit il faudrait souvent s’esquiver aux toilettes ou au fond du jardin, soit on ne serait plus en mesure de répondre aux messages dans des délais raisonnables…

Moralité : on s’y fait, et on s’y fait d’autant mieux qu’on relativise, qu’on vit la situation symétrique et qu’on peut en discuter.

Et bientôt : le sexting comme moyen inattendu de communication intime, à mi-chemin entre le mot chuchoté à l’oreille et le billet doux glissé dans la main.

20 réponses à “En couple libre : tous ces SMS avec son amant…

  1. Il y a le sujet du conjoint, mais il y a l’autre question : qu’est-ce que l’échange à flux tendu de SMS (sexo ou pas) apporte réellement à une relation ? Je le vois comme ce que le grignotage peut être à l’alimentation : une pratique un peu immature, comparée à la qualité d’un échange plus modéré mais plus épistolaire comme un mail « classique ». Mais peut-être est-ce mon caractère « intello » (et ringard ?) qui joue. J’avoue avoir été séduit par le « temps long » qui régit les échanges d’un film rétro comme « les 2 Anglaises et le continent » (film – et roman – polyamoureux s’il en est)

  2. Pas obligé de pratiquer le flux tendu de sms.Quelques uns suffisent souvent. Sauf peut-être juste avant de se retrouver ?😉
    Un complément aux mails qui laissent le temps aux mots plus juste.
    Un complément ludique et coquin.

  3. Le SMS rejoint la société du spectacle où l’on existe plus par consommation que par être et faire. Bien sûr, dans ce cas il s’agit d’une relation réelle mais baignée dans la société de consommation et du contrôle, enfin quand le SMS devient compulsif et, ou, addictif.
    Ce SMS à moitié partagé est aussi une exposition relative et forcée de son intimité à l’autre, aux autres, sorte d’exhibitionnisme privé.
    Le mot dans la main, que de plaisirs sensuels, non ?

  4. Bien sûr Marietro, je ne suis pas du tout anti-SMS, et sous la forme que tu décris c’est un super média de communication. Qui donne lieu quelquefois à sa propre poésie.

    C’est bien l’échange ininterrompu (et j’ai des vrais exemples autour de moi) qui pour moi transforme le + de 40 ans en ado hypnotique. Et ça, pas glop.

    • L’intérêt d’un mode de communication écrit et asynchrone, c’est que justement, on n’a pas à être pendu au bout du fil. Ceux qui ont de longues conversations ping-pong par sms feraient mieux de s’appeler.

  5. Tiens, ca me parle aussi ce texte…
    Moi je dis qu’il ne faut pas du tout sous estimer la banalité de ce que le partenaire légitime peur dire par sms à la pièce rapportée.

    Si vous demandez à voir les sms, peut être qu’elle ne voudra pas les montrer parce que finalement il n’y a pas grand chose à cacher.

    On se cache souvent par plaisir, non pas nécessité.

    • Même si c’était à une copine ou à sa soeur, je n’ai pas à demander de les voir.

      C’est marrant, depuis qu’on est en couple libre, je me rends vraiment compte de tout ce qu’on fait en couple d’inconsciemment intrusif. Quand l’autre vient de raccrocher : « c’était qui ? » ; quand l’autre sort : « tu vas où ? » ; quand l’autre tarde à venir au lit : « tu fais quoi ? ». Toutes ces questions qu’on se garderait de poser à un ami mais qu’on pose à ses enfants. Cherchez l’erreur.

      • Et pour cette raison , je pose peu de questions directes. Du coup, on (famille, amis ou chateurs) me reproche de ne pas être curieuse. Poser des questions « intrusives » est vu comme une marque d’attention alors que pour moi ne pas me mêler de tout est une marque d’attention.

      • Pourquoi se vouloir forcément intrusif en posant des questions aussi banales ? A ses enfants, son partenaire ou son ami, le « tu vas où » n’est inquisiteur que si on souhaite l’entendre comme ça… Pour ma part, il veut dire « tiens, échangeons sur quelque chose que je connais peut-être déjà » ou encore « que j’ai un minimum d’informations en cas de souci » enfin bref, les questions ne sont pas forcément des outils de contrôle et encore moins lorsqu’on partage sa vie avec quelqu’un de peu disert par caractère et non pas vie parallèle…

      • Tout est dans l’intention (cachée). Il faudrait arriver à poser ces questions comme on les pose effectivement à un ami. Pas facile. Il vaut mieux arriver à dire « qu’ai-je besoin de savoir en cas de souci ? », plutôt que « tu vas chez qui ? ».

    • Ce sont des petites banalités qui entretiennent le lien.
      Comme dans le couple légitime? d’ailleurs, c’est dans le quotidien banal que l’attention et, le respect forgent, ou non, l’amour.

  6. « Toutes ces questions qu’on se garderait de poser à un ami mais qu’on pose à ses enfants » : BINGO, cher ami !

    J’ai lu chez (l’excellentissme) Marc Desmazières (auteur de « Je vous salue maris ») cette phrase de Mencken : « Quand un homme et une femme sont mariés, ils ne deviennent plus qu’un ; la première difficulté est de décider lequel? ». Rien à ajouter !

  7. Un peu de discrétion vis-à-vis de l’autre me paraît bienvenue, sinon je trouve que c’est un peu agiter le chiffon rouge pour vérifier que l’autre n’est vraiment pas jaloux.
    Par ailleurs, je partage un peu ce qui a été dit ci-dessus autant par les pros que les antis. Les SMS ont leur intérêt (celui d’aiguillon, juste avant un rdv ou comme une petite piqûre de rappel), ils ne sauraient se substituer à des échanges plus denses et moins encore à la relation incarnée. L’important est de ne pas transformer l’offre « sms illimités » en « sms à l’intérêt très limité ».

    Par ailleurs, que ça soit à sa sœur, sa mère, son amant ou son dentiste que l’on écrit, il peut y avoir des règles communes au foyer (par exemple : pas d’utilisation du téléphone pendant les repas) qui me paraissent nécessaire pour que les moments ensemble soient des moments ensemble (en particulier avec les enfants, mais pas que !).

  8. Pingback: Infidélité : je préfère ne pas savoir … pour commencer | les fesses de la crémière·

  9. Pingback: Et les vaches seront bien gardées | les fesses de la crémière·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s