Les filles d’Eve et du Serpent – documentaire d’Arthur Vernon

Aujourd’hui sortait le docu d’Arthur Vernon sur la troupe de super-nanas qui jouent ses pièces. Il m’a envoyé le dvd. Je vous en parle vite fait.

L'affiche des rêveries (étonnamment dans le ton des illustrations d'ici, d'ailleurs)

L’affiche des rêveries (étonnamment dans le ton des illustrations d’ici, d’ailleurs)

Arthur Vernon, pour ceux qui ne situent pas spontanément, c’est en particulier l’auteur de la pièce les rêveries d’une jeune fille amoureuse, ainsi que de quelques autres qui abordent –d’après ce que j’ai compris– pas mal de sujets tournant autour du désir et de la sexualité, avec un point de vue résolument sexe-positif (il dit « pro-sexe », mais je traduis). Je précise « d’après ce que j’en ai compris », parce que je ne n’ai pas vu ces pièces (si ce n’est au travers des extraits filmés qui illustrent le documentaire). J’ai donc regardé le film avec des yeux totalement vierges.

Le truc est tourné comme un reality-show, version «les yeux dans les bleus». Le cameraman Denys Maury s’est fondu dans le paysage (à part quand il se fait insulter ou même caillasser par l’une ou l’autre actrice en rage, mais je ne vous en dis pas davantage) et a accompagné la troupe en tournée, en particulier sur le marathon du festival d’Avignon.

En sus des coutumières confessions individuelles devant la caméra, le reality-show est entrecoupé d’extraits des pièces, ainsi que d’interviews (Françoise Simpère, Catherine Marx, Arthur Vernon himself souvent, et quelques spectateurs), autour de questions sur l’affirmation d’une sexualité féminine qui n’a ni à faire semblant d’être douce et angélique, ni à laisser croire qu’elle se calque sur le désir masculin ; ainsi que sur l’exclusivité sexuelle — deux thèmes que notre jeune auteur semble prendre très à cœur (un peu comme moi mais en nettement plus militant).

Moi, j’aime pô les reality shows. Je me sens très mal à l’aise, comme si je m’immisçais en fraude dans l’intimité des gens. Comme si après le spectacle et les éventuels échanges acteurs-public, j’avais enfilé une cape d’invisibilité pour stalker les actrices jusqu’au bout de la nuit. Mais en l’occurrence, j’en ai tiré une admiration sans bornes pour le boulot terriblement difficile de cette troupe. Les pièces qu’elle défend semblent en effet assez propices à séparer le public en deux camps : ceux qui adorent et ceux qui montent sur leur grands chevaux. Déjà le thème peut mettre les gens mal à l’aise, mais en plus la nudité et l’érotisme –qui font partie du message de désacralisation du sexe qu’Arthur et les filles d’Eve cherchent à faire passer– peuvent donner à certains une impression de « gratuité ». Résultat : les héroïnes du film et le dramaturge/metteur en scène ont l’air de s’en prendre plein la figure.

Alors forcément, ça clashe dans les rangs. Quand on mélange le doute artistique, la fatigue de la tournée, et les personnalités bien trempées de ces jeunes comédiennes, gare aux risques d’explosion. Et malgré son autodérision distanciée, il y a des moments où la narration d’Arthur Vernon ne parvient plus vraiment à déplomber l’atmosphère (mais c’est ça qu’on cherche dans un reality-show, non ?).

(et c’est là que je suis bien aise de faire passer mes messages tranquillement derrière un clavier et une tablette graphique, sans avoir à me coucher à quatre heures du matin après avoir essuyé les invectives de malotrus puritains qui se sont trompés de spectacle).

J’imagine très bien que pour celles et ceux qui ont vu et aimé les pièces d’Arthur Vernon et qui ont commencé à se prendre d’affection pour la troupe, ce film pourra revêtir encore davantage de sens et de valeur personnelle.

Moi ça me donne déjà envie d’au moins voir « les rêveries ».

Pour info, le film sort aujourd’hui au cinéma et en DVD début décembre.

Une réponse à “Les filles d’Eve et du Serpent – documentaire d’Arthur Vernon

  1. Pingback: Les filles d’Eve et du Serpent – documentaire d’Arthur Vernon - Polyamoureux et polyamoureuses·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s