La fidélité par l’isolement, c’est juste plus possible à l’ère de Facebook

J’ai déjà exprimé ma conviction que le principe de l’exclusivité sexuelle comme socle du couple ne résulte que d’un carcan mental et culturel. Et que sa stricte application est d’autant plus difficile qu’il y a d’occasions de l’enfreindre. Et je rajoute ici qu’en ce qui concerne les occasions, Gleeden c’est que dalle à côté de Facebook.

"Je te laisse, je suis plus tout seul -- à lundi alors ?" (ref. photo by mari_vesna sur deviantart.com)

« Je te laisse, je suis plus tout seul — à lundi alors ? » (ref. photo by mari_vesna sur deviantart.com)

Je propose l’expérience de pensée suivante : qui refuserait par principe les avances de quelqu’un qui lui plaît si l’on avait (par magie) la garantie absolue que l’aventure resterait légère, secrète, sans lendemain, sans aucun risque de découverte et surtout sans risque de faire souffrir le/la partenaire ni de mettre en danger le couple ? En matière d’infidélité, j’en suis en effet persuadé, c’est largement l’occasion qui fait le larron. Et si je n’ai jamais été infidèle en vingt ans de vie de couple, même pas un peu, ce n’est pas que j’aie été particulièrement vertueux : c’est juste que les occasions ne se sont pas tellement présentées.

C’est d’ailleurs pour ça que les amant-e-s se recrutent traditionnellement parmi les collègues, les meilleurs ami-e-s, les ex, les voisin-e-s : c’est parce que c’est avec ces personnes-là qu’on a le plus d’occasions. L’occasion de se côtoyer, l’occasion de communiquer, l’occasion de se retrouver. Et c’est aussi pour ça que certains métiers sont légendairement plus propices à l’infidélité que d’autres, juste parce qu’ils créent naturellement de nombreuses occasions (acteurs-musiciens-techniciens-et-autres-intermittents en vase clos sur un tournage ou une tournée / personnel navigant en rotation / métiers du tourisme et de l’hôtellerie …)

Jusqu’à récemment, il fallait une formation d’espion-ne pour prendre contact puis entretenir une correspondance secrète avec un-e amant-e : les moyens de communication étaient trop peu discrets (pensez au téléphone filaire unique dans l’entrée, pensez au mail et à l’ordi unique pour la famille, pensez au billet doux glissé dans la poche du manteau). Ce qui restreignait forcément les interactions aux cercles de connaissance habituels et donc limitait naturellement les occasions (et augmentait beaucoup les risques de se faire griller).

Mais la donne a entièrement changé. On ne se rend pas compte encore de l’ampleur du phénomène tellement il est récent (à peine 5 ans) mais maintenant chacun a son smartphone et sa tablette. On se retrouve connecté à infiniment plus de monde, dans une discrétion quasi parfaite. Et qui sont nos cercles de connaissance, dans ce nouveau monde social numérique ? Ce sont nos amis Facebook et leurs ami-e-s, et leurs ami-e-s, etc. Ça finit par faire beaucoup beaucoup de béguins potentiels.

Et donc je prétends que Gleeden et toutes les rencontres extra-conjugales qu’il facilite, c’est de la gnognote par rapport à tous les adultères qui ont eu lieu et continueront d’avoir lieu grâce à l’entremise de Facebook qui multiplie les occasions par 100 ou par 1000.

Car là où à une époque, quand tu changeais de poste ou quittais la fac, tu perdais de vue pour de vrai ce collègue avec qui tu t’entendais si bien ou cette nana qui te faisait fondre (mais qui étaient tous les deux casés), maintenant tout le monde est à deux clics d’un billet doux, avec en plus un update en temps réel sur la vie de couple de tes ex.

Salut ! J’ai vu que ça allait pas trop bien avec machine. Ça te dirait qu’on aille boire un café un de ces jours, en souvenir de nos belles années ?

Alors comme on ne peut pas couper le réseau et enfermer les époux, ça vaut le coup de se poser sérieusement la question de comment on gère l’infidélité plutôt que de continuer à mettre la tête sous le sable (et les amants sous les cailloux).

20 réponses à “La fidélité par l’isolement, c’est juste plus possible à l’ère de Facebook

  1. Tu peux ajouter à cela tous les jeux en ligne, les forums et autre tchats qui font automatiquement un début de point commun entre les personnes qui s’y rencontrent.

      • Oui, ça l’est, et il est daté 🙂
        Femme, c’est sur un jeu en ligne que j’ai rencontré mon compagnon, et tu serais surpris de voir le terrain de chasse que ces endroits représentent pour lui (hétéro), pour moi (bi) – pour mon/ma pote homo… Angus a raison, tu peux définitivement ajouter ces sites à l’équation.

      • alors hétéro je ne saurais sortir des stats quand à unisexe de moins en moins et les filles présentes sont beaucoup plus libres et ouvertes qu’ailleurs. J’avancerais une proportion entre 20 et 25% de joueuses, en gros le même rapport que sur les sites de rencontre^^

  2. Hello,
    Ok pour la conclusion, la fin de l’article.
    Après désolé mais pas d’accord sur un point : facebook permet de faire des rencontres, mais les sites spécialisés ont un avantage : sur un site spécialisé, on est sûr(e) de contacter des personnes ouvertes aux relations extraconjugales, ce qui n’est pas du tout le cas sur FB.
    Et puis, quid du fait d’échanger des conversations intimes sur un réseau social … C’est grave limite …

    • Ah oui, c’est sûr que le concept de message *privé* sur FB est assez relatif 🙂 Mais bon, tous les sites peuvent aussi se faire pirater, et les sites spécialisés peuvent être une cible privilégiée (cf. le piratage Ashley Madison). Dans tous les cas, je n’ai pas du tout dit que FB était l’endroit pour faire des rencontres intentionnellement : c’est juste que par son volume il va créer de nombreuses occasions semi-spontanées. Et ça n’enlève rien au mérite des sites spécialisés qui permettent de frayer en-dehors de nos cercles de connaissances.

  3. Nouvellement célib, je confirme pour FB. Et en plus, j’ai découvert que la plateforme propose l’option « messages privés qui s’effacent dans l’heure qui suit l’envoi ». Si c’est pas du bon ciblage, je ne m’y connais pas.
    Après, les mp sont ils vraiment privés ? Vous avez 2h.

  4. Moi, par principe, je refuserai. Pourtant, cette pensée magique, je me la suis formulée aussi , presque mot pour mot . Je ne dis pas que je n’aurai pas envie, que cela ne serait pas agréable mais même si une seule personne le sait et que cette personne c’est moi alors c’est déjà de trop, comme dirait Gabin dans je ne sais plus quel film. Je me sentirai vraiment coupable vis à vis de mon mari, et coupable parce que je l’aime je pense. C’est con peut être mais je crois bien que je fonctionne comme ça. Après, si je l’aimais plus . . . Cela serait une autre histoire !

    • OK. Alors avec la garantie qu’ensuite Will Smith viendrait te zapper la mémoire avec son stylo à lumière rouge et que tu n’aurais aucun souvenir de l’épisode, juste le bien être associé ?

      • Oui alors peut être ! C’est marrant en écrivant mon premier commentaire, je pensais « ou alors il faudrait que quelqu’un ensuite vienne effacer ma mémoire ! « 

  5. Excellente analyse… C’est si vrai.
    L’avènement du net et du sacro-saint Facebook à révolutionné les interactions sociales en un temps record… Oui tous les possibles sont désormais à porté d’un clic.

  6. J’ai un doute. L’affaire Gleeden a clairement montré que l’offre et la demande sont très, très déséquilibrées. En gros, sur Gleeden, en dehors des animatrices payées par le site, il y avait surtout des clients et très peu de clientes.
    De manière plus anecdotique, j’ai des amis divorcés (hommes), entre 35-50 ans, et ils ont tous abandonné tout espoir de trouver une partenaire sur ce genre de site (ou ailleurs, en fait). Leur facebook est actif, mais si j’en crois ce qu’ils me disent, ils n’y font pas de rencontres. Cela leur sert plutôt à trouver des sorties, spectacles, etc…
    Alors: je ne dis pas qu’il n’y a pas de femmes intéressées par une ou des aventures, mais il semble y en avoir peu, du moins dans la classe d’âge en question. Ca limite tout de suite les possibilités d’être infidèle, à moins d’être homosexuel… 😉

    • C’était l’affaire Ashley Madison, et le ‘scoop’ de l’absence de membres femmes a ensuite été démenti (il s’agissait d’une analyse basée sur une extraction très partielle de la database, contenant effectivement beaucoup de faux profils). Mais effectivement, aux dires d’une amie qui avait créé un profil homme ‘pour voir’, il semblerait que le ratio H/F actifs dans sa tranche d’âge (vers 40 ans) soit de l’ordre de 1 pour 8 (grande ville).

      D’une manière générale, je pense que les filles sont probablement beaucoup plus inhibées culturellement que les hommes dans l’idée d’aller sur ce genre de site pour chercher activement l’infidélité. Raison de plus pour se méfier de Facebook où les prises de contact peuvent se faire de façon beaucoup plus progressives, détournées, sans jamais avoir à s’avouer qu’on est en train de virer petit à petit vers des désirs d’extraconjugalité (contrairement à la création d’un profil gleeden où l’on est obligé-e de s’envisager explicitement comme infidèle en puissance).

      • C’est effectivement Ashley Madison et pas Gleeden, pardon. Et j’ai lu que le déséquilibre est largement plus grand que de 1 à 8, mais peu importe: même avec un déséquilibre de 1 à 8, il va y avoir beaucoup de frustrés.

        Vous semblez dire que les femmes seraient plus actives sur Facebook, sous couvert de contacts progressifs. Si cela est le cas, pourquoi mes amis hommes divorcés rament-ils tant qu’ils ont abandonné tout espoir de trouver? Ils ne sont ni laids, ni pauvres, ni bêtes et personne ne veut d’eux.

      • Je ne dis pas que les femmes sont plus actives sur Facebook. Je dis simplement que Facebook est plus propice pour ‘tomber en infidélité’ progressivement sans avoir à s’identifier comme infidèle.

      • Donc, si je résume: les femmes sont moins actives sur gleeden, les femmes sont moins actives sur ashley madison, les femmes sont moins actives sur facebook… les femmes sont moins actives partout lorsqu’il s’agit de rechercher des rencontres.
        Le tour de passe-passe par lequel vous en concluez qu’il existe plus de possibilités m’échappe un peu. Il existe peut-être plus de canaux de communications, mais sans amantes potentielles c’est un peu comme installer des téléphones dans le sahara: personne ne va les utiliser.

        Dans le même contexte, j’ai aussi lu l’article de 2014 cité plus haut qui indique que, vous-même, n’avez eu aucune occasion en 20 ans et votre femme plein. C’est aussi ce que je vois tout autour de moi: des hommes qui ne trouvent personne et des femmes qui se plaignent du désir masculin. Peut-être l’explication est-elle tout simplement là: dans une forte asymétrie du désir.

        Il faut être deux pour une rencontre. Tout tourne autour de ça. Sans contrepartie féminine au désir masculin, pas de rencontre possible.

    • Je voudrais corriger un peu mon commentaire précédent. Je ne dis pas qu’aucune femme n’est capable d’avoir du désir pour des relations dans le cadre de l’infidélité. D’ailleurs les commentaires de ce blog démontrent le contraire (mais les commentateurs se sélectionnent eux-mêmes par leur intérêt pour le sujet du blog).

      Ce que je dis, c’est qu’il y en a moins. Peut-être 80% d’hommes et 20% de femmes, pour reprendre le chiffre cité plus haut pour ashley madison. Ou, peut-être, les femmes ne sont-elles en recherche que 20% de leur vie (par exemple, pendant quelques années, puis moins après), ce qui donnerait le même effet au final: 80% d’hommes en recherche pour 20% de femmes.

      Au final, cela donnera le même effet: la large majorité des hommes ne trouvera jamais personne à rencontrer. Donc: fidèle par manque d’opportunité.

  7. Hum… Pour une fois, je suis très moyennement d’accord. Certes, Facebook, et de manière générale Internet, facilite les rencontres. A condition d’avoir quand même à la base un minimum de facilité sociale. Parce que quelqu’un qui est pas doué pour les relations sociales, le restera quel que soit le média. Pour quelqu’un qui veut tromper son/sa conjoint(e) mais qui habite dans un bled paumé, Internet peut lui ouvrir une porte vers des personnes proches de chez lui (ou pas d’ailleurs) qu’il n’aurait pas forcément rencontré autrement. Mais pour le timide maladif ou le socialement pas doué un peu autiste sur les bords, çane changera strictement rien. Et je suis bien placée pour en parler ! ^^

  8. Tellement d’accord avec cet article (et bien d’autres découverts ce week end 😉 !
    Bravo pour la qualité de l’écriture : la lecture est un vrai plaisir en soi.

    J’ai sollicité des hommes, qui était des collègues de travail dans une autre organisation / autre ville via… Facebook.

    La rencontre se passe dans la vie réelle (formation par exemple), souvent courte. On sent une accroche. Comment le/les revoir ? Par une invitation Facebook et un message privé pour continuer la conversation. Les hommes sont en général très prolixes sur la messagerie instantanée Fb et se livrent facilement.

    C’est peut être aussi grâce à Facebook que j’ai découvert la notion de « poly » et du plaisir partagé (dans un jardin secret pour ma part)

    Je suis vraiment désolée que ces pensées et actes soient mal perçus. Pourtant en terme d’amour physique, il y a des paramètres d’usure au sein desquels la nouveauté redonne du piquant. Et puis je tire mon chapeau à tous les parents qui arrivent à bien faire l’amour avec des enfants dans la maison !!!

    Chacun ses (bonnes) raisons mais après 12 années hésitantes, j’assume envers moi même ce choix d’infidélité. J’ai fait de belles rencontres et découvert un partage sensuel très agréable, bien loin des clichés pornographique ou des préjugés de ceux qui pensent que les infidèles « ne pensent qu’à ça ».

    Et pour la petite anecdote mon amant du moment (et j’espère une histoire sur du long terme) est un fervent catholique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s