Après une infidélité : réparer ou réinventer le couple ?

Quand l’infidélité n’est pas une séparation déguisée, ça laisse une vraie chance au couple. Encore faut-il savoir sortir des conseils classiques qui cherchent à tout prix à revenir « comme avant » alors qu’il vaudrait mieux aller « de l’avant ».

mariage médiéval, prince chevalier princesse, dessin au crayon

Ouh, ce bel idéal régressif… (ref. photo raffer79 via freeimages)

Réparer …

La plupart des conseils qu’on lit (et qu’on entend dans la bouche des thérapeutes) insistent sur le retour à l’idéal d’avant, à l’état antérieur. On cherche à refermer le couvercle sur ce qu’on veut considérer comme un épisode malencontreux, en travaillant essentiellement sur le passé :

  • le pardon et le rétablissement de la confiance (parce que contrairement aux bobards pour organiser un anniversaire surprise, les alibis et les omissions sont des trahisons criminelles quand il s’agit de sexe ou de sentiments),
  • la restauration solennelle de l’engagement de fidélité (parce qu’on n’arrive toujours pas à envisager qu’un couple puisse considérer l’exclusivité comme optionnelle),
  • et la compréhension des raisons de l’écart de conduite pour prendre des mesures pour qu’il ne se reproduise jamais (sous-entendu : on ne trompe jamais par hasard // et aussi : il n’y aura pas de second avertissement, ce qui garantira la cata la fois suivante).

…ou bien réinventer

Pour ma part, j’insisterais plutôt sur des éléments pour faire évoluer la relation, pour négocier une nouvelle manière de vivre le couple, sans chercher à minimiser ou oublier ce qui s’est passé, et surtout sans se voiler la face et prétendre que ça n’arrivera plus. On prend acte de la nouvelle donne, en travaillant essentiellement sur le futur :

  • la remise à plat de l’engagement d’exclusivité et ce qu’il représente réellement (pourquoi c’est si important pour moi de savoir ce que tu fais de ton corps ; où sont nos limites, et pourquoi ?),
  • l’explicitation du projet de couple (au fait, c’est quoi qu’on veut vivre et faire ensemble ?),
  • et sur la gestion de la jalousie (parce que c’est sûr que c’est pas facile – heureusement, tout le monde sait que la vie à deux demande des efforts).

15 réponses à “Après une infidélité : réparer ou réinventer le couple ?

  1. Approche originale qui ouvre des espaces et des possibles sans vouloir faire exploser le couple.
    Mais c’est, je le crois et le déplore, peu dans l’air du temps. Comme je le disais je sais plus où, la mémoire culturelle est longue et les évolutions sont lentes. Et je crains fort que ce type d’approche qui dynamite la vision classique du couple, et contredit les valeurs traditionnelles soit fortement contesté, et reste peu usité avant longtemps.
    Vous avez le mérite d’en parler, vous serez lu. Ma foi, c’est un début.
    Et j’imagine la gueule de Christine Boutin et des rétrogrades de « la manif pour tous » (qui n’est jamais que la manif pour eux) s’ils en venaient à lire votre intéressant billet !

    CdE

    • J’ai un petit grain de sable (inspiré par Dan Savage) à mettre dans l’argumentaire de ceux qui voudront brandir le caractère sacré de l’engagement du mariage et de fidélité pour dire à quel point il est inconcevable de tolérer l’infidélité dans un couple, et que le moindre écart est passible de répudiation immédiate. Je ne sais pas quand sortira cet article, mais je sais déjà qu’il sera intitulé « jusqu’à ce que la mort (ou juste une pipe) nous sépare ».

  2. C’est prometteur ! J’attends ça avec impatience.

    Une question sur vos illustrations, c’est de vous, c’est du numérique ou du dessin à la main ?
    J’aime bien !

    CdE

      • En fait j’ai découvert votre blog il y a quelques jours. Je n’en connais pas toutes les subtilités. Mais suite à votre conseil, j’ai lu la page « à propos » !
        Faudra que je me mette à la tablette graphique moi aussi.

        CdE

  3. Quand je dis qu’on est tombé sur une psy terrible, tu m’en donnes encore un exemple… Elle prône la deuxième option, histoire qu’il y ait quand même une ou deux chances que ça tienne la route quelque temps une fois l’orage passé 😉

  4. Bonjour Audren, j’ai découvert votre blog il y a une grosse semaine et il m’a éclairé sur tellement de choses, je vous remercie de l’avoir écrit. (je vous raconte mon histoire en « privé », ce serait trop risqué autrement)

  5. Cela faisait des années que j’essayais sans succès de faire avancer mon couple. Puis il y a eu cette tromperie (pas la mienne). Et je suis assez fier d’avoir réussi à partir de ça pour avancer, et qu’est-ce qu’on a avancé depuis. Au lieu de culpabiliser, comprendre ensemble pourquoi ça n’allait pas et enfin vraiment communiquer..

    • 🙂

      L’avantage de repartir en couple avec la même personne sur de nouvelles bases pour un deuxième ou parfois un troisième acte, c’est qu’on ne repart pas de zéro.

  6. Je découvre cette page à l’instant, c’est passionnant ! Et c’est réconfortant de ne pas se sentir un martien ! La norme est si conntraignante et si présente que l’on passe pour un farfelu ou un pervers si l’on trouve naturel d’aimer, de continuer à aimer celle qui ose avoir avoir un/des amant(s). Et, comme toi, si j’ai bien compris, je suis de ceux qui apprécient le sens unique de l’infidélité. Que la femme que j’aime éprouve l’envie d’aller voir ailleurs, sans pour autant cesser de m’aimer et de vivre avec moi, eh bien cela me rend encore plus amoureux d’elle, plus dévoué, plus généreux ! Et, de ce fait, de ma part, aucune envie d’aller voir ailleurs. Dans toute mes relations amoureuses (j’en ai eu peu, mais durables), j’ai toujours eu ce type de vécu et j’en suis pleinement heureux. J’espére que cela continuera ainsi pour toujours !

    • Il y a peu de gens qui en la matière savent voir la nuance entre laisser l’autre vivre ses envies et se laisser marcher sur les pieds soi-même. Il y a des infidélités qui sont des insultes. La plupart n’en sont pas. Mais la majorité confond les deux.

  7. Pingback: 8 gros mensonges sur l’amour (et le rétablissement de la choquante vérité) – partie 2 | Laura Ingalls 2.0·

  8. Pingback: Chute de la libido féminine dans le couple : tentative de démêlage darwinien | les fesses de la crémière·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s