La promesse qui tue le couple.

La promesse tacite d’exclusivité sexuelle dont hérite chaque nouveau couple porte en elle les germes d’une explosion assurée. En voici la démonstration.

Un cadenas d'amour rivé sur un morne grillage

Cadenas d’amour ou amour cadenassé ? (cc by, photo par AlsalPhotography)

1 – Le silence

Puisque l’infidélité est à priori inacceptable, on n’ose pas en parler, donc la promesse demeure tacite, avec éventuellement une interprétation différente entre les partenaires.

2 – Le mensonge

Puisque l’infidélité est inacceptable, le jour où elle arrive*, l’infidèle qui n’ose pas en parler s’enfonce peu à peu dans le mensonge. En entretenant un malaise permanent vis-à-vis du partenaire trompé, le mensonge peut amener l’infidèle à prendre malgré lui ses distances.

(*ne nous voilons pas la face : la tentation est omniprésente ; l’infidélité touche certainement une majorité de couples à un moment de leur parcours)

Le jour où le mensonge éclate, le partenaire trompé se sent victime d’une ignoble trahison. Dans bien des cas, c’est cette trahison qui fait le plus de dégâts, en entamant la confiance dans le couple.

3 – Le choix forcé

L’exclusivité étant la seule option envisagée, l’infidèle commence à se dire dès le début qu’il va lui falloir choisir entre son couple et son aventure. Comme l’aventure a souvent le brillant de la passion neuve, l’infidèle dans sa tête se prépare à faire le « mauvais » choix.

L’exclusivité étant la seule option envisagée, le partenaire trompé considère que si l’aventure ne cesse pas immédiatement et totalement, l’infidèle doit être poussé dehors. Même si aucun des deux n’a envie de quitter l’autre. Et en se sentant dans son bon droit, le partenaire trompé peut faire l’impasse sur la diplomatie, endosse le mauvais rôle et pousse trop souvent l’infidèle à faire le mauvais choix.

4 – La récidive

Et voici comment l’exclusivité peut tuer le couple. Ceux qui se contentent de pardonner et de répéter la promesse s’exposent à des explosions à répétition. Le mieux à faire ne serait-il pas de lever la promesse et ainsi tout désamorcer pour l’avenir ?

… Ou bien la liberté

Imaginons donc la situation du couple non-exclusif, pour qui la fidélité, c’est surtout la fidélité au projet commun, à l’amour, à ce qu’on fait ensemble, en se fichant pas mal de ce que fait l’autre dans son espace de liberté.

L’un ou l’autre cède parfois à la tentation. Il/Elle vit des moments exaltants et éventuellement épanouissants. Il/elle se sent désirable, séduisant(e).
Pas besoin de mentir, donc pas de trahison qui tuerait la confiance. Pas besoin de choisir, donc pas de séparation idiote sous le coup de la passion et de la colère.

Voilà, c’est tout. Circulez, il n’y a rien à voir.

Certes, ce petit noeud de jalousie dans le ventre est parfois difficile à gérer. Mais l’est-il davantage que quand on est sous le sceau d’un serment de fidélité absolue, généralement tacite et souvent illusoire ? Au moins là, on peut en parler.

16 réponses à “La promesse qui tue le couple.

  1. Pingback: Naissance d’un couple libre et d’un blog | les fesses de la crémière·

  2. Pingback: L’effet prohibition | les fesses de la crémière·

  3. Je ne vais pas raconter toute l’histoire de mon couple (19 ans, c’est long) mais pas évident de mettre en musique la belle théorie de ton article (ou plutôt de sortir de la belle théorie de verrouillage qui y est détaillée). En fait, mon couple n’est même pas parti du prédicat de la fidélité. Très tôt, avant de vivre ensemble, nous avions parlé de fidélité et j’avais annoncé que je ne pensais pas pouvoir être fidèle toute ma vie. Mais entre le concept « oui, ça peut arriver un jour » et le concret « c’est arrivé (et ça va se reproduire), il a fallu du temps, et il a fallu mûrir (elle, moi) pour trouver les mots, accepter l’idée. Pour elle, je vois ça comme un apprivoisement : s’habituer à l’idée, ne plus en avoir peur.

  4. Bien sûr la conclusion est entièrement théorique et absolument pas évidente dans la vraie vie. Et c’est effectivement une question de s’habituer progressivement à l’idée, comme de se rendre compte peu à peu qu’il n’y a ni précipice ni monstres après l’horizon.

  5. Pingback: Le dixième commandement | les fesses de la crémière·

  6. Disons que cette démonstration est basée sur un prérequis : « tôt ou tard, l’un des membres du couple, ou les deux, deviendra-dront infidèle-s ». Prérequis que je ne partage pas, en fait, parce que même si la tentation est omniprésente, l’envie de tromper ne sera peut-être pas au rendez-vous, ou alors le passage à l’acte n’aura pas lieu.

    Permettez-moi de vous raconter mon histoire, aussi, pour illustrer ce propos. Nous avons commencé « en couple libre », surtout de mon initiative : je voulais vivre pleinement la découverte du sexe et des relations amoureuses, et donc conserver la liberté de voir plusieurs hommes à la fois.

    Ce contrat étant clairement accepté par mon conjoint, nous avons vécu ainsi pendant quelques mois, où il ne rencontrait pas les autres hommes. Jusqu’au moment où il en a rencontré un. Et là, il a rompu le deal et m’a expliqué, calmement mais fermement, qu’il ne supporterait plus que je voie d’autres hommes que lui.

    Croyez-le ou non, j’ai accepté ce nouveau contrat avec facilité, en partie parce que j’avais fait le tour de mon exploration des choses du sexe, en partie pour ne pas faire du mal à mon conjoint, et en partie parce que j’avais envie de m’investir dans l’aventure de la vie de couple engagé.

    Nous sommes quinze ans plus tard et je n’ai jamais été infidèle, je n’en ai même pas eu sérieusement envie. Notre couple est arrivé à un équilibre en partie grâce à nos débuts : je tiens à rester fidèle à ma promesse, par loyauté. Lui, qui a exigé de moi la fidélité, ne peut pas non plus se montrer infidèle, ce serait totalement contradictoire avec ce qu’il me demande. Nous sommes donc un couple librement fidèle 😀

    • J’aime bien l’idée du couple ‘librement fidèle’. Effectivement je pars du principe que l’un ou l’autre sera tenté tôt ou tard. Avez-vous parlé de ce que vous ferez dans ce cas ? Il vaut mieux en parler tant que c’est hypothétique parce que c’est plus facile que quand c’est trop tard.

  7. Pingback: Libre de partir | les fesses de la crémière·

  8. Pingback: L’exclusivité ou le syndrome du choix | les fesses de la crémière·

  9. Pingback: Aime et fais ce que tu veux | les fesses de la crémière·

  10. Pingback: Le petit glossaire de la crémière | les fesses de la crémière·

  11. Pingback: La jalousie vient de l’intérieur | les fesses de la crémière·

  12. Pingback: Pourquoi couple libre et sexe riment avec féminisme ? | les fesses de la crémière·

  13. Pingback: "Se consacrer à une seule personne" : mon cul ! | les fesses de la crémière·

  14. Et encore, même quand on en parle avant, ça se passe rarement comme prévu ! Nous en avions parlé avant, car mon mari a trompé sa première femme avec la personne qui partageait sa correspondant tout cette dernière année… Pour moi, impossible de construire quelque chose avec une homme qui avait été infidèle et puis, il a su m’ouvrir les yeux sur ce qu’il m’apportait là, dans le présent et l’amour que nous partageons. Mais le contrat était clair : sa liaison avec son amante n’avait pas eu une fin en bonne et due forme, j’étais donc certaine qu’elle réapparaitrait à un moment ou un autre et à ce moment-là, notre accord voulait qu’il m’en parle, tout simplement. Pas de choix ou de rapport à faire, juste me faire part d’une éventuelle prise de contact, sans garantie d’éternité entre nous, encore une fois. Et le deal avait été accepté : reprise de contact, on en parle. Mais il n’a pas réussi à m’affronter… et l’histoire était déjà compliquée (une femme pas très bien sans peau et qui aime jouer) alors elle l’est devenu encore plus, mon mari se laissant tomber tout doucement en dépression, jusqu’à m’a découverte.

    Donc oui, on peut en parler, mais finalement, on ne sait jamais, sa réaction, notre réaction, l’avenir du couple et la manière de traverser l’expérience qu’une fois au pied du mur.

  15. Au début de ma relation actuelle j’ai annoncé à mon ami que je voulais qu’il se sente totalement libre et réciproquement.
    On n’appartient à personne.
    J’ai décidé de faire un postulat: Ce que je ne vois pas n’existe pas.
    Je sais que de savoir ou voir une infidélité me ferait souffrir.
    Elle me ferait souffrir car j’ai besoin de sécurité, et une infidélité réveillerait mon manque de confiance en moi.
    Mais mon manque de confiance en moi et mon besoin de sécurité n’ont rien à voir avec lui ni avec l’amour.
    Moi même, même si j’annonce le postulat que je peux aller avec d’autres hommes, je ne le ferai pas
    – parce que je ne peux pratiquer le sexe sans aimer.
    – Parce que j’ai besoin de focaliser sur une personne sinon c’est le bordel dans ma tête.
    Pourquoi cette personne plutôt qu’une autre?
    « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s